Amériques et Caraïbe

Repartition-des-eleves-scolarises-en-francais-amca-2018
Effectifs des établissements scolaires nationaux et des établissements scolaires français (AEFE- MLF)
Préscolaire Primaire Secondaire Supérieur

TOTAL

Le français est la seule langue officielle

Canada-Québec

98 279 460 583  622 428 417 389

1 598 679

Le français n’est pas la seule langue officielle

Canada (hors Québec)

609 213

334 083

943 296

Dont Nouveau-Brunswick

2 249

18 041

8 647

 28 937

Haïti

2 033 232

613 202

826 130

2 646 434

Les chiffres ne concernent que les établissements nationaux et sont donnés pour l’année scolaire 2016-2017, sauf pour Haïti (2010- 2011)

Cet espace comprend 6 membres de plein droit de l’OIF (le Canada, le Canada Nouveau-Brunswick, le Canada Québec, Haïti, Sainte-Lucie et la Dominique) ainsi que 6 pays observateurs (Argentine, Canada Ontario, Costa Rica, République dominicaine, Mexique et Uruguay).

Le français est la seule langue officielle du Québec.

Il est la langue co-officielle avec l’anglais du Canada, des États fédérés du Nouveau-Brunswick et du territoire du Yukon, et la langue co- officielle avec l’anglais et les langues indo-américaines des territoires du Nord-Ouest, du Nunavut (avec l’inuktitut) ainsi qu’en Haïti (avec le créole). Quelques États officiellement non francophones appliquent par ailleurs des dispositions législatives qui protègent le français (États américains de la Louisiane, du Maine, du Michigan et du Vermont).

ÉTAT DES LIEUX

Le réseau des sections bilingues francophones implantées dans des systèmes éducatifs nationaux participe à la diffusion de la langue française, tout comme les établissements scolaires français.

Dans les filières d’enseignement bilingue, le français est à la fois une matière enseignée et une langue d’enseignement, préparant la compétence bilingue des élèves dans les écoles selon différentes typologies : immersion, submersion, etc.

Le format des classes d’immersion déclenche un véritable engouement au Canada (plus de 400 000 étudiants hors Québec) et aux États-Unis (29 000 étudiants), dans des pays où les compétences communicatives et professionnelles bi- ou plurilingues sont de plus en plus déterminantes, notamment sur le marché du travail.

Un enseignement bilingue est également proposé dans plusieurs pays à partir du secondaire, comme au Brésil et au Mexique, et parfois dès le primaire, comme en Colombie ou au Costa Rica.

Les certifications officielles de français participent d’ailleurs en premier lieu à la structuration de ces filières bilingues, comme garantie d’un enseignement du et en français de qualité (tout comme pour les enseignements de FLE dans les établissements scolaires).

Dans les systèmes éducatifs nationaux

En Amérique et dans la Caraïbe, ce sont le Québec (et le reste du Canada) d’une part, et Haïti, d’autre part, qui portent à un niveau relativement élevé le poids de cette région dans l’ensemble des apprenants en français, même si les chiffres concernant Haïti ne sont plus actualisés depuis quelques années et si l’on sait que les effectifs comptabilisés dans cette catégorie sont loin de tous bénéficier d’un enseignement exclusivement en français (le créole se maintenant souvent au-delà des niveaux qui lui sont officiellement réservés et le français souffrant de l’insécurité linguistique de nombreux professeurs pourtant censés l’utiliser pour leurs cours).

Répartition dans le monde des élèves scolarisés en français en 2018

L’enseignement bilingue francophone aux Etats-Unis : le  premier réseau labellisé au monde

Créé en 2012, le LabelFrancÉducation est attribué par le ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) aux filières d’excellence bilingues francophones proposant un enseignement renforcé de la langue française et d’au moins une discipline non linguistique en français, conformément au programme officiel du pays d’accueil.

Ce réseau compte 209 filières bilingues implantées dans 44 pays, qui scolarisent près de 95 000 élèves dans l’enseignement primaire et secondaire.

En 2018, 160 établissements ont fait le choix d’ouvrir un programme bilingue francophone aux Etats-Unis à destination d’environ 29 000 élèves, dont 36 (22,5 %) sont déjà détenteurs du LabelFrancÉducation, faisant des États-Unis le premier réseau labellisé dans le monde.

Dans les établissements scolaires français à l’étranger

Le réseau scolaire français de l’AEFE est bien implanté dans la région avec 90 établissements (dont 26 sont membres de la Mission laïque française) et 56 000 apprenants.

2ème réseau au monde avec 16 % des effectifs mondiaux, il réunit par ailleurs presque 70 % d’étudiants nationaux et d’autres nationalités que française, traduisant la qualité que les programmes français peuvent représenter.

Répartition des effectifs des établissements du réseau français à l'étranger (AEFE)

Les associations nationales de professeurs de français

Les enseignants de français sont fédérés autour des trois Commissions des associations d’enseignants de français des Amériques, relevant de la Fédération internationale des professeurs de français : elles ont un impact fort pour l’animation de la communauté des professeurs de français, et les autorités éducatives s’appuient souvent sur les réseaux nationaux pour relancer une politique linguistique en faveur du français. En Argentine et au Brésil, les associations sont ainsi consultées sur les questions touchant à la formation des enseignants. Au Costa Rica, les liens avec l’État sont même formalisés par une commission interinstitutionnelle.

La commission « Amérique du Nord » ne comprend actuellement que des associations canadiennes, qui rassemblent un nombre élevé de membres (souvent plus de 1 000-1 500 membres par association). Elles sont spécialisées et s’adressent aux professeurs d’immersion et de français langue seconde, avec souvent des branches spécifiques pour le Québec.

D’autres associations canadiennes relèvent de la commission « Français langue maternelle ». Le rôle des associations d’enseignants de français en Amérique du Nord est essentiel à la survie et au développement du français et de la culture francophone. Même dans un contexte canadien où le français est langue officielle, les enseignants de français doivent mener un travail quotidien de défense et de soutien de la langue française. Les enseignants ne font pas qu’enseigner, ils encouragent également leurs élèves à découvrir la culture francophone américaine.

DES CONSEILS SCOLAIRES FRANCOPHONES PERMETTENT DE GÉRER LE RESEAU D’ÉCOLES OÙ LE FRANÇAIS EST LANGUE PREMIÈRE AU CANADA

Au Canada, il n’y a ni ministère fédéral de l’Éducation, ni système national intégré d’éducation. Les droits linguistiques en milieu minoritaire des élèves francophones résidant à l’extérieur du Québec (et des élèves anglophones vivant au Québec) sont protégés par la Charte canadienne des droits et libertés, qui définit les conditions en vertu desquelles les Canadiens ont le droit d’avoir accès à une instruction publique dans la langue de la minorité (en anglais au Québec, en français et en anglais pour le Nouveau-Brunswick) et en français dans le reste du Canada.

Chaque province et territoire a par ailleurs créé des conseils scolaires francophones qui permettent de gérer le réseau d’écoles où le français est la langue première, et la même structure existe au Québec pour l’éducation en anglais langue première.

Depuis près de 45 ans, les gouvernements provinciaux, territoriaux et fédéraux participent ainsi au financement de l’enseignement des langues officielles, pour offrir des programmes d’enseignement dans la langue de la minorité et d’enseignement de la seconde langue officielle.